Créer mon blog M'identifier

Pour le sourire de mes filles...

Le 1 juin 2015, 16:08 dans Humeurs 2

Parce qu'aujourd'hui, j'ai décidé de voir grandir mes filles. Parce que j'ai décidé que mon poids ne serait pas une fatalité, que je ne ferais pas comme mon père et mon grand-père partis trop tôt sans voir leurs enfants devenir adultes à cause de leur obésité. Pour que jamais mes filles ressentent cette honte d'être auprès d'un parent gros qui m'a tant fait souffrir et poussé mon frère à l'anorexie, et cette honte d'avoir honte de cet être que l'on aime tant. Parce que je veux pouvoir courir avec elles, aller au bord de l'eau sans complexe, sourire et rire de nombreuses années avec elles. Parce que la depression qui me ronge peu à peu les entraîne vers le bas. Parce que ce ne sont pas à elles de venir me serrer dans leurs bras pour me consoler et effacer mes larmes. Parce que bien que ma mère soit forte, elle ne peut plus me tenir à bout de bras et que mon homme, l'amour de ma vie souffre de me voir si mal.

Aujourd'hui, le soleil va revenir chez nous. Aujourd'hui, plus personne n'aura peur de parler fort ou de rire pour ne pas me blesser. Aujourd'hui, nous allons enfin être une famille, sans eux qui m'ont fait si mal. Parce qu'enfin j'ai compris que je vous gâchais vos plus belles années alors que nous pouvons être si heureux.

Aujourd'hui, je change de moi.
Malgré la souffrance que mon corps peut ressentir à l'effort, le fait de devenir rouge et en sueur, je vais m'accrocher, pour elles.
Et si l'envie de sucre ou de gras me taraude, je saurais y resister. A partir de maintenant, quand j'aurai de nouveau envie de pleurer et d'en finir, je penserai à vous et moins à moi. Car aujourd'hui j'ai compris ce pourquoi je dois me battre, pourquoi je dois vivre.
Pour le sourire de mes filles...

Peu à peu...

Le 28 mai 2015, 14:49 dans Humeurs 6

Il était une fois une jeune fille qui voulait croire à ses rêves. Elle fit des études qu'elle réussi avec brio. Elle n'avait pas beaucoup d'amis, mais ceux qu'elle cotoyait lui était très cher. Elle a voulu voir le monde et s'envola vers l'étranger. Elle y apprit une nouvelle langue, y connu de nouvelles personnes et de nouvelles coutumes. Elle était heureuse. Elle y aima un homme plus que tout. Pour lui, elle quitta son chez elle tout en continuant ses études.
L'amour s'éteignit avec la distance mais elle continait son chemin. Elle avait toujours foi en son avenir. 
Dans son tout petit appartement, avec ses quelques amis, ses études et son budget serré, elle irradiait en profitant du soleil sur la lavande et des cigales sous ses fenêtres.
Un jour, la jeune fille devenu femme partit avec une amie dans un pays beaucoup moins ensoleillé et peu accueillant. Là, elle rencontra l'amour mais perdit son amie.
Peu à peu, en suivant son nouvel amour, elle gagna deux petites filles, une maison et l'amour toujours de celui devenu son mari. Mais elle se perdit elle-même. Loin de tout, elle resta à la maison pour s'occuper de ses merveilles. Ses amis lui tournèrent progressivement le dos parce qu'ils n'avaient plus les mêmes préoccupations. Elle ne leur en voulait pas. Elle aussi serait bien partie loin de sa nouvelle vie. 
Peu à peu, ce qui n'était qu'un baby blues se transforma en dépression. Elle qui rêvait de grandes choses, de travail épanouissant, de nombreuses soirées entre amis, de grandes assemblées familiales se retrouvait seule, sans ami, loin de sa famille, rejetée par sa belle-famille, sans travail. Son corps s'est enveloppé petit à petit pour la protéger du monde extérieur devenu trop dur pour elle. Elle qui n'avait jamais été mince est maintenant obèse. Elle ne se reconnait plus, pleure en revoyant des photos d'avant, en repensant à ses rêves de petites filles, en imaginant quelle aurait pu être sa vie si elle avait fait d'autres choix.
Une seule question lui revient sans cesse.
Et maintenant?